Rodéo aérien


Voilà le genre d’expérience qu’on ne vit pas tous les jours. La semaine dernière, j’ai réalisé une expérience riche en sensations : un baptême de voltige aérienne ! Et je dois dire que si j’appréhendais un peu, ça s’est au final très bien passé. Ca a eu lieu du côté de Courtrai, à bord d’un Extra 330 LX. Ma plus grande peur, en fait, n’a pas tant été pendant le vol qu’avant. Mais à partir du moment où je me suis retrouvé dans le cockpit, je me suis senti bien : en fait, je n’aurais échangé ma place pour rien au monde ! Bon, je dois admettre que quand j’ai entendu le pilote dire qu’on allait commencer les évolutions, j’ai senti un noeud se former dans mon estomac. Mais quand on a commencé avec un premier tonneau plein, j’ai tout de suite pris du plaisir. Niveau sensations, on peut dire que j’ai été servi ! Même si j’avais demandé des figures soft, j’ai quand même eu de sacrées émotions en vol. A chaque acrobatie, on éprouve les sensations de vertige et de force centrifuge : un authentique cocktail explosif. J’ai mis presque 3h après le vol pour récupérer, alors que je suis pourtant habitué aux sports extrêmes ! Vers la fin, je dois dire que j’ai même commencé à souffrir. J’étais pâle, je transpirais, et je commençais à avoir la nausée. Il était temps de regagner le sol ! Si vous voulez avoir une idée de ce qu’on éprouve une fois là-haut, pensez à ce que vous ressentez lorsqu’on vous prend la tension et que votre bras est compressé dans le brassard du tensiomètre. Et maintenant, imaginez que c’est tout votre corps qui est dans ce brassard et vous aurez une idée de ce qu’on éprouve en encaissant les G. Mais on n’a pas mal pour autant. C’est juste une sensation… fascinante. Si vous ne supportez pas d’être « brassé » dans une voiture qui roule vite, ne comptez pas faire un tour dans un avion voltige. Mais dans l’autre cas, n’hésitez pas une seule seconde. C’est le genre d’expérience qu’il faut vivre au moins une fois ! Voici le lien vers mon baptême de voltige à Courtrai, pour ceux que ça intéresse.



Mourmansk n’est plus une poubelle nucléaire


Russie Les combustibles de l’ex-base soviétique de sous-marins près de Mourmansk sont enfin traités. Au prix d’efforts internationaux. « Ce sont des décennies d’efforts qui, aujourd’hui, sont récompensés. Nous pouvons être fiers de ce que nous laissons à nos petits enfants : un monde avec un cimetière nucléaire en moins ! » Dans la baie d’Andreyeva, près de Mourmansk, légendaire ville portuaire soviétique sur la mer de Barents, Alexandre Nikitine ne cache pas sa joie. A l’ère de l’URSS, la zone était fermée aux étrangers. Et pour cause : c’était la base nord de la flotte de sous-marins soviétiques qui, pour leurs moteurs comme pour leurs armements, dépendaient du combustible nucléaire. Une flotte longtemps laissée en ruines et à l’abandon avant même la chute de l’URSS. Mais aujourd’hui, la situation est enfin en train de changer. Depuis un peu plus d’un mois, les déchets nucléaires du site sont évacués pour être traités. Le 27 juin, sous le faible soleil polaire de la baie d’Andreyeva, le bateau spécialement conçu pour l’inédite opération d’évacuation nucléaire est enfin parti de l’ancienne base, avec à son bord le premier des chargements. Ce fut l’occasion d’une cérémonie officielle. Ces sous-marins soviétiques, c’est un « Tchernobyl flottant », résume Alexandre Nikitine. Cet ancien officier de sous-marin s’est transformé en défenseur de l’environnement. Depuis le début des années 1990, il se bat pour le démantèlement de cette flotte à haut risque et pour le transfert de tous les combustibles nucléaires. A terme, 22 000 assemblages de combustibles doivent être transportés jusqu’à l’usine russe de traitement des déchets nucléaires de Mayak, dans l’Oural. « Personne ne se souvient plus de ce qu’il y avait ici il y a vingt ans », ironise Alexandre Nikitine qui, dans son combat pour nettoyer la région des déchets radioactifs, s’est associé à Bellona, la fondation écologiste norvégienne très active à Mourmansk. La Norvège est particulièrement concernée car sa frontière se trouve à 50 kilomètres de la base. Mais ce combat, mené à Oslo et par quelques écologistes audacieux à Mourmansk, a été longtemps mal vu par les autorités à Moscou.. En 1996, Alexandre Nikitine a même été accusé et emprisonné pour espionnage après avoir révélé des informations sur le mauvais état de la base notamment après l’accident de 1982 dans l’une des piscines de stockage. Fait impensable sous l’URSS, de nombreux drapeaux occidentaux flottaient le 27 juin, date du début de l’opération, dans l’ancienne base interdite aux étrangers. Le programme de nettoyage, dont la réalisation doit s’étaler sur de longues années, est en effet financé par la BERD (la Banque européenne pour la reconstruction et le développement) avec l’Union européenne et sept pays occidentaux (Allemagne, Canada, Danemark, Finlande, France, Norvège et Royaume-Uni). En dix ans de coopération internationale, les installations dangereusement en ruines ont été remplacées par des infrastructures aux normes internationales. « Dès le début, les Russes avaient conscience de l’ampleur du problème mais n’avaient ni les moyens ni les finances pour le résoudre », se souvient Jane Smith-Briggs, Britannique en charge des dossiers nucléaires à la BERD, qui est venue en moyenne cinq fois par an sur le site depuis quinze ans. « C’est un bel et rare exemple de bonne coopération internationale ! » Lors de la cérémonie du 27 juin, les Russes ne cachaient pas satisfaction et soulagement. « Une étape a été franchie. Grâce à une infrastructure technologique qui, unique au monde, permet d’agir en toute sécurité », s’est félicité Oleg Kryukov, directeur du département « decommissioning » de Rosatom, le géant nucléaire russe. Il a évalué à 18 milliards de roubles (quelque 260 millions d’euros) le coût de ce vaste nettoyage nucléaire. Un budget couvert à moitié par la Russie et à moitié par les aides occidentales. Dans son discours, il n’a cependant pas dit un mot de reconnaissance pour les ONG et la société civile. Triste ironie de l’histoire, la filiale à Mourmansk de Bellona, l’ONG norvégienne pourtant au cœur de la sensibilisation de l’opinion publique, vient d’être classée « agent étranger » par les autorités, accusée d’être financée de l’étranger avec une présupposée « activité politique ». « Depuis des années, nous faisons simplement le travail d’information que personne d’autre ne fait », s’inquiète Andreï Zolotkov, le représentant de Bellona à Mourmansk.



Trump, toujours ?


La différence la plus significative entre l’élection de Trump en 2016 et sa réélection en 2020 serait l’irréversibilité. La couverture météorologique est maintenant le cas le plus évident. Pendant une longue période, même un grand nombre de personnes qui ont identifié la réalité du réchauffement climatique l’ont considéré comme une méthode lente qui ne demandait pas de mouvement immédiat. De nos jours, face aux conditions météorologiques excessives et à la détérioration des prévisions cliniques, les dépenses liées à l’attente augmentent manifestement, tout comme les dangers qui y sont associés. Pour faire face à la possibilité de maintenir le changement climatique au-dessous de 1,5 niveau Celsius – l’objectif de l’arrangement environnemental de Paris – le Conseil intergouvernemental sur le changement climatique dit que d’ici 2030, les émissions de dioxyde de carbone doivent diminuer d’environ 45% par rapport à 2010. Au lieu de régresser, néanmoins, ceux-ci sont en croissance. Dans sa phrase initiale, Trump a annoncé son intention de mettre un terme aux réformes climatiques existantes, par exemple des limites de productivité énergétique plus strictes et des normes plus strictes en matière de polluants générés par les centrales à charbon, et il s’est engagé à détourner l’Amérique du contrat de Paris. Sa réélection retarderait l’engagement à l’échelle nationale pour la décarbonisation jusqu’à au moins les 50% suivants dans les années 2020, en encourageant les autres pays à ne rien accomplir du tout. Et les changements retardés deviennent plus difficiles politiquement et économiquement. Selon le Global Carbon Project, si la décarbonisation avait commencé à l’échelle mondiale en 2000, une réduction des émissions d’environ 2% par an aurait été suffisante pour rester en dessous de 2 degrés Celsius de réchauffement. Maintenant, il devrait être d’environ 5% par an. Si nous attendons une autre décennie, ce sera environ 9%. Aux États-Unis, l’interruption économique et le niveau de résistance préféré résultant certainement d’une transition aussi abrupte peuvent représenter bien plus que ce que notre système politique peut supporter. De plus, personne n’est au courant lorsque le monde entier risque d’avoir des conséquences irréversibles, notamment l’échec de l’inlandsis antarctique occidental, qui risquerait fort de nous amener à un niveau catastrophique des océans. Les élections politiques de 2020 décideront également si le You.S. poursuit sur cette voie, tout en garantissant un autre type de changement planétaire: une compétition accrue d’avant-bras, qui accroît les risques d’accidents nucléaires et de conflits nucléaires. La doctrine de Trump, «l’Amérique d’abord», les attaques contre les alliances des États-Unis et l’inconvénient unilatéral des traités de gestion des avant-bras ont rendu le monde beaucoup plus dangereux. Après avoir sorti les États-Unis de l’accord nucléaire iranien (ce qui a été entrepris, ce qui a peu entamé le statut américain d’allié et de compagnon de négociation des États-Unis), Trump n’a pas réussi à obtenir de la Corée du Nord presque rien à l’approche des conditions de l’accord iranien, laissant Kim Jong Un non seulement incontrôlable, mais debout outre-mer surélevé. De nombreux dirigeants du monde entier espèrent que la présidence de Trump pourra être un atout majeur, qu’elle perdra d’ici 2020 et que son successeur renouvellera les engagements de l’Amérique vis-à-vis des alliés, ainsi que les principes du multilatéralisme et de la non-prolifération. S’il est réélu, plusieurs endroits peuvent néanmoins choisir de s’en prendre aux outils nucléaires, en particulier ceux situés dans des zones qui ont fait appel à la garantie de protection américaine, par exemple le Moyen-Orient et l’Asie du Nord-Est. Le plan mondial de non-prolifération auquel les États-Unis et d’autres pays se sont attachés au cours des dernières décennies pour influer sur les capacités non nucléaires de rester dans cette situation est effectivement en jeu. Ce plan a en grande partie été couronné de succès peut être un hommage à une variété de techniques, dont le You.S. engagements de protection bilatéraux et dépendants de l’alliance en matière de punitions non nucléaires, de pays et d’incitations, et promesses aux États-Unis et en Russie – en tant que puissance nucléaire majeure du monde – de créer des coupes dramatiques pour leurs arsenaux. Dans le mot initial, Trump a commencé à affaiblir le régime de non-prolifération et à démanteler les autres traités de maîtrise des armements conclus entre Washington et Moscou. En octobre, il a annoncé que cette You.S. enlèverait votre traité sur les facteurs nucléaires de type intermédiaire (INF) conclu en 1987 par Ronald Reagan et Mikhail Gorbatchev. Tandis que les infractions russes du traité que Trump a rapporté sont inexcusables, elles n’ont fait aucun effort pour contraindre la fédération russe à respecter ses obligations. Au contraire, en endommageant le traité, elles ont permis à la Russie de se tirer d’affaire. Qui plus est, il n’a montré aucune curiosité pour l’augmentation de New Begin, qui, parce que 2011 a limité les arsenaux nucléaires idéaux de la Russie et des États-Unis. Si le traité arrive à expiration, 2021 marquera la première année depuis 1972 sans la mise en place d’un accord juridiquement contraignant pour contrôler et réduire les arsenaux les plus meurtriers jamais créés.



Rancune tenace


Accrochez vos ceintures ! Xaviel Niel a annoncé une nouvelle offre Free sur laquelle il reviendra la semaine prochaine, et qui, pour reprendre ses termes, elle « ne devrait pas plaire » aux autres opérateurs ! Evidemment, on ne peut que faire des suppositions, mais étant donné l’aptitude du monsieur à faire bouger les lignes, il me tarde d’examiner cette nouvelle offre. Free a bien des défauts, mais il faut lui reconnaître ceci : la boîte de Xavier Niel a été une bouffée d’air frais, depuis son entrée dans le monde des opérateurs téléphoniques. Souvenez-vous quand il a lancé son forfait téléphonique carrément révolutionnaire : un abonnement à 2 euros ! J’ai franchement halluciné, car les opérateurs historiques ne présentaient des abonnements à presque 100 euros ! Je me souviens qu’à l’époque, mon épouse en avait pour fréquemment 130 euros par mois chez France Télécom ! Xavier Niel a mis de l’huile sur le feu, en accusant les opérateurs historiques de prendre leurs clients pour des pigeons. Mais le mot me semble parfaitement justifié, en réalité. L’incroyable baisse de prix imposée par Free a révélé que Bouygues et les autres pratiquaient une politique de prix gonflés de façon cynique. C’est d’ailleurs pour cette raison que je suis encore chez Free. Ce dernier a parfois des problèmes, et la concurrence a désormais des forfaits carrément attractifs, mais je refuserais de revenir vers eux même s’ils proposaient une offre révolutionnaire. Certains de mes amis ne partagent pas mon point de vue : d’après eux eux, il faut seulement opter pour le plus offrant. Mais la simple idée de revenir à des opérateurs qui nous ont tellement dupés m’écoeure. Si vous faites le calcul des sommes noyées en téléphonie, c’est carrément hallucinant : on parle là de plusieurs milliers d’euros ! Les coupables s’en sont bien sortis, au vu des sommes qu’ils ont accumulées.



Les plateformes technologiques chez Airbus


La plate-forme Descartes Labs sort de la version bêta avec le premier ensemble de données non satellite et le partenariat Airbus Il y a environ 15 mois, Descartes Labs est entré en version bêta pour recueillir les commentaires de nos clients sur les progrès réalisés dans le développement d’une plate-forme avancée d’analyse prédictive à l’échelle mondiale. Pour atteindre cet objectif, il a fallu créer une raffinerie de données basée sur le cloud pour ingérer et traiter des ensembles de données énormes et disparates, les nettoyer et les préparer pour l’analyse. Trouver des réponses dans les modèles prédictifs a également nécessité des données – beaucoup de données. À cette fin, nous annonçons notre partenariat avec Airbus, en fournissant des images mondiales haute résolution pour alimenter ces modèles. Lorsque nous sommes entrés en version bêta, nous avons proposé l’ensemble des données satellitaires des missions Landsat et ESA Sentinel de la NASA. L’ensemble du catalogue Airbus OneAtlas est désormais disponible, faisant de la plate-forme Descartes Labs le premier endroit où les utilisateurs peuvent créer leur propre modélisation d’apprentissage automatique directement sur le fond de carte OneAtlas. Ces données sont à très haute résolution et fonctionnent à 1,5 m / pixel sur le monde entier et à 50 cm / pixel sur les 2 600 villes les plus peuplées. Comparez cela avec la résolution de 30 m par pixel fournie par les données Landsat et vous pouvez imaginer un monde de réponses cachées devenant visibles. Parallèlement à plus d’images, nous avons ajouté nos premières données météorologiques non satellitaires, la météo. Nous avons interpolé le jeu de données GSOD (Global Surface Summary) de la NOAA, transformant ces points de données météorologiques en rasters utilisables sur notre plate-forme. Les conditions météorologiques ont une incidence sur tous les éléments de la chaîne d’approvisionnement en produits de base. Un exemple, l’expédition et le transport de marchandises – des matières premières aux produits de consommation finale – la possibilité d’obtenir des produits là où ils doivent aller est fortement affectée par les conditions météorologiques. Au cours de notre version bêta, nous avons développé des outils permettant de gérer ce déluge de données. Un résultat de ce travail est Viewer. La visionneuse vous permet de parcourir facilement les images de nos archives, y compris celles que vous avez téléchargées, sur une carte Web. Vous pouvez sélectionner différentes bandes à afficher, parcourir une série chronologique d’images et étiqueter des données de référence. Pour en savoir plus, je vous recommande la lecture du site sur cette expérience de simulateur de vol qui est très bien fait sur le sujet.



Une droite forte


Mais LREM est dépourvue des ressources de l’intelligence subtile pour gérer la France et le bien public en bon père de famille. Qui peut croire, parce que le danger GOF-LGBT socialiste aurait disparu avec Hollande, que nous ne sommes pas conduits à envisager sérieusement le pire avec Macron, parce que le pire que Hollande serait inimaginable ? En fait, nous avons cessé d’imaginer notre avenir sous le jour effroyable de Hollande au moment où nous avons eu un besoin impérieux et urgent de voter Macron sous l’influence des médias des milliardaires ! Ce coup là, du fait de la propagande anti-MLP, nous n’avions pas la moindre chance de l’éviter. La bonne nouvelle, ou du moins la nouvelle qui est logiquement espérée, est que Macron nous fait peut-être la faveur inattendue de nous guider vers la Droite Nationale où nous pourrions trouver le salut. Dreuz a besoin de votre soutien financier. Florence Parly est directrice générale déléguée de la SNCF en charge du pilotage stratégique et de la cohérence économique du groupe SNCF. On l’a connue sous le feu des projecteurs, au début des années 2000, quand elle était Secrétaire d’Etat au budget. Aujourd’hui rare dans les médias, essentiellement parce qu’elle a plus de goût pour l’action de terrain que pour la communication, elle a cependant accepté de rencontrer la rédaction du blog EVE, pour se livrer à l’exercice du portrait. Cela parce que la thématique du leadership des femmes lui est particulièrement chère, entre autres valeurs de justice qui s’expriment tout au long de son parcours. Janvier 2000. Florence Parly est nommée secrétaire d’Etat au budget. Le sexisme en politique, Florence Parly l’a “évidemment croisé”. Et pas qu’entre les lignes ponctuées de stéréotypes d’une presse portant un regard ébaubi sur la femme, jeune et enceinte de surcroît, qui vient de prendre un portefeuille clé. POLITIQUE – La matinée avait commencé par une fin de non-recevoir de l’exécutif. Benjamin Griveaux renvoyant aux futures discussions qui auront lieu en région. Pas de quoi mettre les manifestants dans les meilleures conditions alors qu’Emmanuel Macron installe au même moment où presque son Haut conseil pour le Climat. A l’Elysée, le président de la République a tenté de répondre à la mobilisation des gilets jaunes par un discours sur l’écologie. Il a surtout annoncé le lancement de trois mois de concertation à l’échelle régionale pour tenter d’élaborer des solutions. Cela pourrait passer par une adaptation des taxes sur le carburant au prix du pétrole; en clair, plus les prix sont bas plus les taxes sont élevées. En guise de conclusion, Emmanuel Macron pointe le paradoxe de ceux qui réclament moins de taxes mais demandent en même temps plus de services publics. Les taxes adaptées au prix des carburants? Emmanuel Macron ouvre la porte à une modulation des taxes en fonction de l’évolution des prix du pétrole. Après plusieurs semaines de tergiversations, c’est donc Franck Riester qui a été nommé ministre de la Culture en remplacement de Françoise Nyssen, ce mardi 16 octobre. Né en 1974, il est entré en politique très jeune, élu à Coulommiers en 1995 à l’âge de 21 ans sur la liste de Guy Drut. Le ministre de la Culture Frédéric Mitterrand le charge en 2011 de remettre un rapport sur la « Création musicale et diversité à l’ère numérique ». En 2013, deux ans après avoir fait son coming out, il sera l’un des deux seuls députés UMP à voter pour le projet de loi ouvrant le mariage aux personnes de même sexe. Il est également favorable à l’adoption pour les couples homosexuels. 1. Remaniement Françoise Nyssen remplacée par Franck Riester : quel bilan pour l’ex-ministre de la Culture ? ] Il peut y avoir des jeux qui contribuent à l’éducation. Questions pour un champion, c’est un jeu formidable, qui permet de façon ludique de parler de culture générale ». Sur la redevance, il a déclaré être « pour une contribution universelle comme dans d’autres pays européens ». Il manie une rhétorique simple plutôt que de débiter de l’élément de langage à la chaîne, pour que ça imprime. Tout ça est très affûté.» Castaner, c’est le Bebel du gouvernement : la gouaille et les cascades pour faire passer coups de rabot et ordolibéralisme pour du bon sens populaire avec le bagou d’un vendeur de piscine. A la pugnacité loyale et raide de son prédécesseur, Stéphane Le Foll, Christophe Castaner ajoute une touche «d’incarnation» (son mot). Il appelle ça «donner de la chair», avec sa «part de fragilité», son accent chantant, ses lapsus, son parcours «imparfait» et son côté «atypique». Romanesque même, au moins autant que le patron, veut-il nous faire penser. «Il a compris que dans la construction du panthéon macronien, il faut édifier des parcours particuliers», persifle un ancien ministre. On laisse alors Castaner dérouler. Le père est la figure centrale, «l’antithèse». Un ancien militaire, rejeton d’une famille désargentée de Charente, entré dans la marine en tant que simple mousse à 14 ans, vétéran d’Indochine et d’Algérie. Cadet d’une fratrie de trois, Castaner est ainsi «provençal par hasard», parce que le bateau paternel mouillait alors en rade de Toulon.



Une société sans croissance


La semaine dernière, on m’a envoyé à Toulouse pour suivre un meeting où, lors d’une soirée, un collègue a remis en question la nécessité de la croissance économique en Europe. « Nous avons déjà tout ce qu’il nous faut », répétait-il sans cessse. Un propos qui m’a « un peu » agacé, et ce d’autant que je l’entends continuellement. Plus un pays est développé, plus l’accroissement de sa richesse est considéré comme quelque chose de futile. Le fait que l’Occident poursuive son développement économique est même envisagé par certains comme une déviance. Cependant, le progrès social est tout aussi indispensable pour un pays développé que pour un pays pauvre. Car en effet, en l’absence de croissance, la galette de la prospérité demeure la même ! Le progrès de l’un est alors automatiquement établi au préjudice de l’autre. La guerre contre la misère amène par exemple une modération des dépenses dans le réseau de transport ; une plus grande couverture sociale conduit en tout état de cause à un affaiblissement des dépenses culturelles ; une nouvelle autoroute provoque tout naturellement une hausse des impôts… Bref, en l’absence de croissance, on prend à Pierre pour donner à Paul et l’on fait rapidement face au caractère précaire de la prospérité. Une société privée de croissance est une société où les citoyens, les entrepreneurs et les couches sociales tirent en définitive chacun la couverture de leur côté. En revanche, à partir du moment où un pays connaît la croissance, il lui est plus évident de partager. Les plus riches de la société seront en effet davantage prédisposés à redistribuer les richesses qui sont les leurs s’ils sont convaincus de continuer à se développer par la suite. Dans le cas inverse, une société stagnante deviendra plus fermée, cherchera à refuser l’idée de la répartition et s’éloignera au final du principe de la démocratie. Les sociétés pourvues d’une croissance économique sont plus compréhensives et tendent vers davantage de démocratie et de justice. Ce meeting m’aura en tout cas appris quelque chose : c’est que de nombreux français présents lors de notre échange n’étaient pas convaincus de cette nécessité de croissance. Et cela, à mon sens, c’est assez effrayant pour l’avenir, car cela dénote (ou cause, même) un sérieux manque de motivation. Retrouvez toutes les infos sur ce séminaire à Toulouse en suivant le lien.



Pression sur la FED


Le président américain Donald Trump a appelé lundi la Banque centrale américaine (Fed) à ne pas relever les taux d’intérêt, imposant une pression inédite sur l’institution monétaire qui, selon toute vraisemblance, devrait décider de passer à l’acte mercredi. « C’est incroyable qu’avec un dollar très fort et virtuellement aucune inflation, le monde qui explose autour de nous, Paris qui brûle et la Chine sur la pente descendante, la Fed puisse seulement penser à une nouvelle hausse de taux d’intérêt », a tweeté le milliardaire. Les marchés s’attendent à ce que le Comité monétaire de la Fed (FOMC) relève à l’issue d’une réunion de deux jours, mardi et mercredi, les taux d’intérêt au jour le jour pour la quatrième fois cette année et la septième fois depuis l’arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche. La Fed cherche à prévenir la surchauffe d’une économie dopée par les réductions d’impôts de l’administration Trump alors que l’inflation a atteint la cible de 2% et que le taux de chômage est au plus bas depuis 1969, à 3,7%. Mais depuis des mois, rompant avec la tradition de respect de l’indépendance de la Banque centrale, Donald Trump critique les intentions monétaires de la Réserve fédérale, qu’il a traitée de « folle » et accusée d' »être à côté de la plaque ». Il a même laissé entendre qu’il regrettait d’avoir choisi Jerome Powell en tant que président de l’institution monétaire. Des taux d’intérêt plus élevés renchérissent tous les crédits à la consommation et les crédits immobiliers, ce qui est impopulaire. Et M. Trump n’a pas fait mystère de son intention de se représenter en 2020. Mais surtout, ces hausses renforcent le dollar, ce qui contrecarre les objectifs de réduction du déficit commercial de l’administration Trump, en rendant les importations moins chères et les produits américains plus onéreux à l’exportation. Le resserrement monétaire a aussi fait baisser la Bourse de New York qui, fragilisée également par les tensions commerciales, le Brexit et les perspectives d’une croissance mondiale plus faible, traverse une période de volatilité extrême. Alors que Donald Trump a plus d’une fois mesuré son succès à l’aune de celui des indices boursiers, le Dow Jones a perdu plus de 10% depuis son record d’octobre. Peter Navarro, conseiller au commerce du président, a enfoncé le clou lundi en affirmant que depuis des mois le président avait signalé que « la Fed allait trop vite ». « Là-dessus, l’instinct de Donald Trump a toujours raison », a-t-il lancé sur la chaîne CNBC. Il s’est affirmé « perplexe » vis-à-vis de la démarche de la Fed alors que l’économie est « en plein boom » et qu’elle ne montre « aucune inflation ». Selon lui, la banque centrale veut relever les taux « simplement pour démontrer d’une certaine façon son indépendance face à la Maison Blanche ». « Ce n’est pas un bon argument! », a-t-il estimé. « La Fed ne devrait pas relever les taux mercredi, non pas parce que l’économie ralentit mais parce qu’elle croît sans inflation », a encore affirmé M. Navarro. – Position délicate – Face à ces coups de boutoir de l’exécutif, la position de la Banque centrale n’est pas aisée. Jerome Powell –un ex-banquier, républicain modéré choisi par Donald Trump– s’est attaché à ignorer les critiques présidentielles, assurant que la Fed restait indépendante des considérations politiques. « Il faut qu’une Banque centrale soit éloignée des considérations politiques à court terme », a-t-il affirmé récemment. M. Powell doit tenir une conférence de presse mercredi à l’issue de la réunion monétaire où les taux devraient être augmentés de 25 points de base pour se situer entre 2,25% et 2,50%. Ce qui reste encore historiquement bas, mais tout de même au plus haut depuis douze ans. Alors que cette hausse des taux est attendue à une très large majorité (plus de 70%) par les acteurs financiers, il paraît impossible pour la Fed –à moins d’une catastrophe économique dans les 48 heures– de renoncer à ce relèvement sans décrédibiliser son indépendance. Mais pour la suite, des voix s’élèvent au sein du Comité monétaire et parmi les économistes pour s’interroger sur le bien-fondé de nouvelles hausses graduelles en 2019, alors que la croissance mondiale va ralentir et que celle de la première économie mondiale aussi. M. Powell a lui-même changé de ton récemment, abandonnant le refrain qu’il répétait depuis des mois que des « hausses graduelles de taux » étaient nécessaires.



Dans le ciel de Narbonne


Le week-end dernier , j’ai tenté un saut en chute libre dans le ciel de Narbonne. Et tandis que j’essayais de ne pas trop penser à l’énormité de ce que je m’apprêtais à faire, j’ai eu une pensée pour le moins étonnante : j’ai soudain pensé au fait que l’Europe va bientôt monter en puissance. Le moment paraissait assez curieux pour une réflexion europhile. Mais j’ai compris que l’Europe n’a jamais bénéficié d’un tel boulevard que celui qui lui est actuellement offert ! Cette pensée a été tellement rapide que je ne me rappelle pas tout. C’est comme vouloir se souvenir d’un rêve : plus on essaie, et moins on y arrive. Mais les conditions me semblent tout à fait idéales pour que l’Europe atteigne un nouveau stade de développement. En premier lieu, il y a l’effet du Brexit, qui a largement contribué à bouger les lignes : la pensée eurosceptique est beaucoup moins appréciée en Europe depuis qu’elle peut déboucher sur des conséquences réelles et aussi peu enviables. De ce point de vue, on peut remercier nos voisins du nord pour leur décision ! Après, il y a bien entendu les élections françaises. Avec Macron, le ménage franco-allemand pourrait bien connaître un net regain d’énergie (et ce, d’autant qu’Angela Merkel semble être bien partie pour être réélue). Cette reprise paraît bien partie, vu l’accueil qui a été réservé à Macron par l’Allemagne. Et pour finir, il y a bien sûr l’ingérence constante de la Russie dans les élections occidentales, dans une tentative claire de détruire le projet européen en promouvant l’euroscepticisme. Face à de tels dangers, internes comme externes, l’Europe affiche son unité et pourrait bien accoucher d’un nouveau modèle et de nouveaux liens. Nous verrons si cette prédiction se réalise bien assez tôt… Au passant, si vous aimez les sensations fortes, je vous invite à tester le saut en chute libre : ce qu’on ressent en tombant de l’appareil est vraiment magique. Pour ma part, je recommencerai peut-être un jour. Retrouvez toutes les infos sur ce de saut en parachute à Narbonne en suivant le lien.



Grand âge : améliorer la solidarité


Comment améliorer les mécanismes juridiques permettant de favoriser cette solidarité qui ne doit pas rester purement familiale au risque d’en rester éternellement au Code Napoléon ? Elle doit également être nationale dans le cadre de notre république sociale. « La solidarité a éclipsé aisément la fraternité dans les principes fondateurs de la République ». La solidarité est devenue « le seul principe général auquel la Loi réfère aujourd’hui la sécurité sociale : le « principe de solidarité nationale » ». On constate que l’émergence juridique d’un travail non professionnel conduit à des demandes de « formes de reconnaissance juridique qui ne soient pas directement monétaires, mais attributives de droits sociaux ». Nul ne conteste par ailleurs qu’il s’agit de travaux utiles socialement qui peuvent de surcroît engendrer des économies pour les finances sociales. Une piste pourrait être explorée par le biais d’un enrichissement du compte personnel d’activité (CPA). Ce CPA, créé par la Loi du 8 août 2016 relative au travail, à la modernisation du dialogue social et à la sécurisation des parcours professionnels, concrétise une idée assez novatrice, même si elle est débattue depuis quelque temps déjà : attacher des droits et des protections aux personnes et non plus à leur emploi ou à leur statut. Il s’agit de tenir compte du fait que les parcours professionnels sont de plus en plus discontinus et notamment que, durant certaines périodes, les personnes peuvent, pour diverses raisons (en premier lieu évidemment le chômage), être éloignées de l’emploi. Parmi les motivations de la mise en place du CPA figure également la volonté de permettre la valorisation d’activités socialement utiles. Trois grands principes soustendent le CPA : l’universalité du compte, qui concerne tous les actifs, quel que soit leur statut, la portabilité des droits et la fongibilité des droits destinée à favoriser la liberté et l’autonomie de chacun dans la définition de son parcours. Des droits nouveaux pourraient venir abonder ce compte, notamment en faveur des plus fragiles ou des plus éloignés de l’emploi, mais aussi en valorisant les engagements citoyens. Ici encore se pose l’incontournable question du financement: par la solidarité nationale, par l’employeur, directement ou de façon mutualisée, par l’individu lui-même ? Un scénario est envisagé dans le rapport de France Stratégie : « un compte personnel d’activité orienté vers l’usage des temps tout au long de la vie, avec une meilleure articulation des différents temps de vie, voire une reconnaissance d’activités non marchandes, et une fongibilité des droits étendue aux utilisations en temps, pour solvabiliser des activités socialement valorisées ». Le CPA offre ainsi des potentialités. Pourquoi ne pas reconnaître dans ce cadre les périodes consacrées par les aidants familiaux et bénévoles à l’accompagnement des personnes dépendantes? Les périodes et les tâches qu’une personne consacre à un proche pourraient être prises en compte pour l’approvisionnement des différents comptes reçus dans le CPA. On pourrait également imaginer que la solidarité familiale soit reconnue, à l’instar de l’engagement citoyen, par la création d’un nouveau compte accueilli dans le CPA qui permettrait par exemple d’accumuler des heures de formation facilitant le retour vers l’emploi. Certes le dispositif mis en place est complexe et il ne sera pas aisé de concevoir techniquement ce nouveau droit et surtout de le financer, mais une telle proposition pourrait être soumise à la concertation interprofessionnelle « sur les dispositifs pouvant être intégrés dans le compte personnel d’activité » prévue par la Loi de 2016.